Citations célèbres de Charles Finney

« Le réveil n’est rien d’autre qu’un retour à l’obéissance à Dieu. Il consiste dans l’abandon, pour l’Eglise, de son relâchement et dans la conversion des pécheurs. »

« Il faut se donner beaucoup de peine pour prémunir les nouveaux convertis contre l’esprit de critique. Lorsqu’ils se sont, pour la première fois, rangés du côté du Seigneur dans toute leur ferveur, souvent ils trouvent les vieux Chrétiens si froids et si morts, qu’ils sont fortement tentés de les critiquer. Il faut y remédier immédiatement sinon l’habitude de critiquer empoisonnera leur esprit et détruira leur piété. »

« La Réunion de prière est l’indice et le thermomètre exacts de la piété dans une Eglise. »
« On peut s’attendre à un réveil, quand les chrétiens sont poussés à le demander dans leurs prières. »

« Ce que Dieu demande de l’Eglise, c’est qu’elle use des moyens adaptés à la conversion des pécheurs. »

« Il est temps de se réveiller, quand les méchants triomphent et se moquent de l’Eglise. »

« Il n’y a qu’un réveil qui puisse préserver une église de disparaître. »

« Si un Pasteur a perdu, à quelque degrés que ce soit, la confiance de son troupeau, il doit travailler à amener un réveil. »

« Les beaux sermons attirent des louanges au prédicateur, mais la prédication pénétrée du Saint-Esprit pousse les auditeurs à louer Dieu. »

« Tout prédicateur peut-être et doit être tellement rempli de l’Esprit Saint que quiconque l’entend doit avoir l’impression et la conviction que Dieu est véritablement en lui. »

Publicités

Charles Finney, homme de prière, de pureté et de passion

« Parmi les noms qui sont attachés aux réveils que Dieu a accordés à Son Eglise au cours des siècles, il en est un qui doit être cité en première ligne : FINNEY, homme entièrement de la même nature que nous, mais livré sans restriction à Dieu, pour Son œuvre. Dieu s’est servi de lui pour embraser Son peuple et pour amener une grande multitude à accepter Christ comme Sauveur et à Le sanctifier comme Roi et Seigneur de leur cœur. Finney nous a aussi procuré, par le moyen de sa plume, les principes de base de tout réveil religieux. C’est pourquoi il parle encore et n’a jamais cessé d’être en bénédiction à de nombreuses âmes. Le message de Finney, si viril, si logique et si loin de toute ambiguïté, se présente comme une réponse à ce besoin de réveil dont beaucoup d’enfants de Dieu sont aujourd’hui comme dévorés.  » (M. Weber, 1951 – préface à l’édition française des Discours sur les Réveils Religieux, Finney). Sans aucun doute possible, il fut une voix prophétique pour l’Amérique du 19e siècle. Son ministère produisit en toute logique des réveils, même dans des endroits considérés comme très durs et hermétiques à l’Evangile.

Comme le prophète Jérémie, Charles G. Finney fut oint de Dieu pour Charles Finney » arracher  » et  » planter  » dans la vigne du Seigneur (Jérémie 1 :10). C’était un homme d’intense prière, de pureté et de passion.  » Dénué de tout ego, il était rempli du Saint-Esprit. Ses sermons étaient des éclats de chaîne, déversant des sentiments de conviction dans les cœurs des sceptiques les plus endurcis. Simple comme un enfant dans sa façon de prêcher, il décontenançait parfois ses auditeurs uniquement par ses prières.  » Il pouvait clamer les jugements de Dieu sur le péché avec la force du tonnerre et dans une grande liberté, pour présenter ensuite la miséricorde de l’Evangile avec tendresse et larmes. Sans aucun doute possible, il fut une voix prophétique pour l’Amérique du 19e siècle. Son ministère produisit régulièrement des réveils, même dans des endroits considérés comme très durs et hermétiques à l’Evangile. L’autobiographie de Finney est remplie de récits relatant de puissantes manifestations du Saint-Esprit. A une certaine occasion où Finney prêchait dans un bâtiment scolaire,  » soudainement une atmosphère de solennité terrible tomba sur l’assemblée et les chrétiens de la congrégation tombèrent de leurs chaises, pleurant pour obtenir miséricorde.  » Finney déclara :  » Si j’avais eu une épée dans chaque main, je n’aurais pas pu les frapper aussi vite qu’ils ne tombèrent. Je crois que toute l’assemblée était à genoux ou dans un état de prostration au bout de deux minutes.  » Les cris et les pleurs des gens étaient si forts que l’exhortation que donna Finney à se confier dans la miséricorde de Christ n’était même pas audible.

« Finney semblait si rempli de l’Esprit Saint que les gens étaient souvent amenés à la conviction de péché rien qu’en le regardant. Lors d’une tournée d’évangélisation à Utique, New York, il visita une grande usine. En le voyant, un des employés, puis un autre et encore un autre s’arrêtèrent de travailler et pleurèrent sous la conviction de leurs péchés, et finalement le nombre de personnes qui pleuraient et gémissaient fut si important que les machines durent être arrêtées pour laisser à Finney le soin de les conduire à Christ.  »

Finney semblait détenir le pouvoir d’imprimer dans la conscience des hommes la nécessité d’une vie vécue d’une façon si sainte qu’elle devait produire des fruits durables.  » Plus de 85 % des personnes converties à Christ lors des réunions de Finney restaient attachés à Dieu, alors que 70 % de ceux qui avaient professé Christ dans des réunions tenues par un évangéliste même aussi illustre que Moody devenaient par la suite des rétrogrades.  »

De tels résultats furent le fruit d’heures et d’heures de prière. Ce n’était pas les prières de Finney seul qui assurèrent de tels réveils envoyés du ciel. Finney était soutenu par les prières de deux dons cachés de Dieu. C’était l’intercession cachée et cependant puissante du « Père Nash » et d’Abel Clary qui posa les fondements et prépara le terrain à ces puissantes visitations de Dieu.  » Abel Carry s’était convertit à peu près à la même période que Finney et avait reçu une formation qui lui permettait de prêcher également, mais il avait un si lourd fardeau de prière qu’il ne pouvait prêcher beaucoup. Tout son temps et toutes ses forces étaient consacrés à la prière. Il gémissait et soupirait dans l’agonie, incapable de rester debout sous le poids. »

« Après la mort de Clary, Finney découvrit le journal de prière de Clary. Finney s’aperçut que l’ordre exact dans lequel le fardeau avait été déposé sur le cœur de Clary correspondait à l’ordre suivant lequel s’étaient manifestées les bénédictions déversées sur son ministère. »

Le Père Nash vécut une vie d’intercession presque continue. « Il se joignait à Finney, entretenait une liste de prière et était sans nul doute le secret en grande partie du merveilleux succès de Finney. Il ne prêchait pas et bien souvent n’assistait pas aux réunions, mais il restait dans sa chambre, ou dans les bois, luttant avec Dieu dans une prière puissante. Souvent avant le crépuscule, on pouvait entendre à plus de 500 mètres à la ronde le Père Nash prier dans les bois, ou dans une église, et le sentiment de la présence de Dieu était incroyable.  »

L’Eglise doit faire plus que d’avoir de l’estime pour l’histoire d’hommes tels que Charles Finney, le Père Nash et Abel Cary.

Si nous désirons expérimenter un réveil, nous devons nous repentir et pratiquer les vérités qu’ils ont proclamées : vérités d’une vie sainte et pure ; vérités d’une intercession secrète et d’un amour inconditionnel pour Jésus !